Connaissez-vous net-a-porter Live ?

Je rentre bredouille du Bon Marché, une première en 7 ans de fréquentation assidue et loyale de ce beau lieu de la mode. Même pas une ptite babiole, même pas une barrette ou un serre-tête pour dire que. J’ai pourtant fait 2 fois le tour, c’est dire ma motivation. Rien n’y a fait. Sous les portants à clés dorés (celles qui donnaient droit à -30% !), rien d’intéressant ou plus ma taille. Si la crise frappe même les portants on est pas sorti de là dites-moi. Bon d’un autre côté, j’y vais le dernier jour, à 15h. On va dire que je cherche les problèmes.

Bref, cette ballade ne fut pas vaine car j’ai quand même repéré 2, 3 choses, à des prix tout à fait indécents, que je me tairais donc de communiquer ici. Mais moi pas peur, j’ai toujours espoir qu’une robe à 3 zéros finira bradée comme il se doit sur le net. En prévision des soldes qui arrivent bientôt et de la longue et faste période de déstockage en ligne qui leur succèdent, je m’en vais donc remplir de ces 2,3 trucs indécents mes wishlists ici et là.

Et sur net-a-porter, je tombe sur quoi, le net-a-porter live. Mais qu’est-ce donc ? Un concept tout simplement fascinant : un google map qui affiche en live les « added to wishlist », « added to shopping bag » et autre « tell a friend », et cela, partout dans le monde. Le globe terrestre défile et tel un chat fasciné par une pelote de laine qui se balancerait sous ses yeux, on suit le ballet incessant des désirs et craquages de par le monde.

Une paire de Louboutin shoppée à Svendborg (je ne savais pas que la ville existait…! C’est au Danemark il parait), un pantalon St Laurent à Guangzhou (elle, j’en ai entendu parlé !), un sac Victoria Beckham à Southend-on-sea en Angleterre (veinarde !), une pochette Anya Hindmarch à Doha, des sandales Ancient Greek Sandals à Milly-la-Forêt (ouéééé, vive la France !!!!! Super choix en plus héhé).

Image Image ImageImage Image

Vous me direz, ça nous fait une belle jambe, hum. Moi je dis ça vaut bien la fascination des uns et des autres pour le cours de l’or, des actions en bourse, la météo, le nombre de like sur Facebook. A chacun ses lubbies, moi la géo-fashion, je vote pour. Non seulement, cette fashion-map permet de revoir sa géographie comme au temps du collège, mais aussi et surtout de suivre l’esprit fashion qui souffle sur le globe. On se sent comme appartenir à un mouvement mondial, femmes du monde unies par le « added to », j’en frissonne d’esprit communautaire !

Enfin… Tant que les filles « n’added pas to bag » des trucs de ma wishlist signalés en « dernier article disponible », hein !

La revanche du maxi sourcil

J’ai toujours été complexée par mes sourcils, pour lesquels, il faut le reconnaître la nature a été généreuse me concernant. A tel point qu’étant plus jeune, il y a eu de sacrés massacres à la pince épilée. En mode trop fine la ligne, heu il est passé où ton sourcil, il a même plus de tête. Vous voyez le genre…

La maturité aidant, j’ai compris que rien ne servait de trahir sa nature, la beauté vient à celle qui sait entretenir sans excès.

Merci d’abord à Benefit et à son tracé respectueux de la ligne naturelle du sourcil, quoi qu’il tendait quand même à te l’affiner un tantinet.

Image

Puis, merci surtout à l’Atelier du Sourcil, qui là garde bien « la matière » et en plus te respecte la peau en bannissant toute cire sur cette partie si fragile du visage.

Image

Bref, il commençait à y avoir des signes de reconnaissance du sourcil bien gâté par la nature. Genre, le style Brooke Shield c’est presque plus la honte.

Depuis 2011 la tendance s’est précisée et c’est même devenu hype, j’te jure, d’avoir des maxi sourcils. Cara Delevingne ou Audrey Hepburn en icônes, y’a pire, n’est-ce pas ?

CaraDelevingne_AudreyHepburn

Réhabilitation suprême vu de ma fenêtre, un tuto make-up découvert ce matin sur net-a-porter, où qu’on t’explique quand t’as le sourcil fin, comme le maxiser.

Image

Cocoricooooo, heu non, sourcilicoooooooo. Maxi Sourcil is beautiful. Je savoure.